Portraits de musiciens

PORTRAIT DE MUSICIEN_SYLVAIN

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

SYLVAIN, JOUEUR D’EUPHONIUM

LA MUSIQUE EN PARTAGE

Premier pas à 8 ans, au clairon, dans l’harmonie que dirige Papa, qui joue du saxophone,  « la Macérienne de Mézières du Oise » dans l’Aisne, le frère, 12 ans, à la trompette, la sœur, 16 ans, à la clarinette. L’apprentissage de l’instrument se fait « sur le tas » et pour le solfège, il y a l’organiste de l’église du village.

Avec ses aînés, il apprend à jouer du cornet, puis de la trompette, et à 14 ans du bugle.

L’harmonie participe aux défilés et aux cérémonies patriotiques dans tous les villages alentours, les musiciens assurent parfois 7 cérémonies du 14 juillet ! Ils jouent  pour des animations de rue, participent à des concours d’harmonies.

Et ce n’est pas tout, l’harmonie organise des lotos, des soirées, pour renflouer les caisses et à l’occasion Sylvain fait le garçon de café. Lorsque son papa s'est lancé dans la rénovation de la salle de répétition,  Sylvain y a contribué à la mesure de ses capacités d’un petit garçon de 11 ans.

Le conservatoire il n’en est pas question, trop loin, trop cher. Mais il reste le collège, qui, grâce à un professeur de musique énergique, propose des groupes de musique auxquels participe Sylvain : flûte à bec, trompette pour le jazz.
A 16 ans, colonies de vacances « Musique », c’est là qu’il rencontre « des pointures » : anciens chefs de musique de la Garde Républicaine et un professeur de trompette professionnel qui lui donnera quelques « trucs » pour lui permettre de ne pas trop pâtir de ses lacunes. Et il s’accroche !

18 ans c’est le départ pour faire des études à Lille.

19 ans, il  rencontre sa future épouse, Céline, excellente guitariste classique, qui a également fait un peu de clarinette. Céline est, actuellement,  2ème Clarinette à la Saint-Nazairienne. Sylvain poursuit ses études d’ingénieur à Rennes et constitue avec quelques camarades un groupe de rock (Sound Quest) qui se produit dans les écoles, les bars et les rues de Rennes. La fête musicale continue.

En 1997, Céline et Sylvain arrivent dans le Sud et jouent dans les harmonies locales. Sylvain au Bugle, Céline à la Clarinette à l’Harmonie de Saint-Cyr-sur mer, puis à partir de 1999 à la Six-Fournaise avec Elia,  leur première fille dans la poussette.

Quelques années d’interruption pour élever leurs trois enfants

En 2009, retour à la musique au sein de la Saint-Nazairienne, d’abord au Bugle puis à l’Euphonium , ce gros « machin » qui ne fait pas peur au 1m 95 de Sylvain.

Ce musicien « tout terrain » est également aujourd’hui, depuis 2011, Secrétaire au sein du Conseil d’Administration de la Saint-Nazairienne.

De la musique, il dit : »c’est un moment de partage, d’évasion et d’apaisement »


 

PORTRAIT DE MUSICIENNE_CORINNE

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

CORINNE - TAMBOUR BATTANT ET TROMPETTE AU COEUR

L'histoire des musiciens et musiciennes commence souvent par les amours conjugués de la musique et de parents bienveillants qui souhaitent donner à leurs enfants ce petit "plus" d'âme qui embellit la vie.

C'est dans l'enfance, dès huit ans, que Corinne se tourne vers la musique. Elle intègre la Batterie-Fanfare de Meyzieu, dans la région Lyonnaise. Elle apprend à jouer du tambour et poursuit, pendant plusieurs années, la pratique de cet instrument.

Curieuse de nature, elle se propose de jouer du clairon, renforçant ainsi, un pupitre des cuivres un peu déserté au sein de la Batterie-Fanfare.

Cette tentative se révèle être une réussite. Corinne joue des musiques militaires, au clairon, au cor de chasse, à la trompette de cavalerie.

C'est tout naturellement que son professeur de l'époque l'oriente vers la trompette d'harmonie. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?

Malgré la difficulté de l'apprentissage, Corinne est enthousiaste et relève le défi.

Le Père Noël, de cette année là, lui apportera une trompette en Ut-Sib. Elle l'a précieusement gardé.

Aléas de la vie, sa famille déménage dans le Var.

Corinne, nostalgique, s'inscrit à la Batterie-Fanfare de La Seyne-sur-mer.

En 1993, elle entre à l'Harmonie "La Saint-Nazairienne", au pupitre des Trompettes-Bugles. Elle occupe le même pupitre à l'Harmonie de Carqueiranne.

Sa passion, intacte et renouvelée, l'entraîne vers le Jazz, jouant dans les Big-Bands, Sanary, Ollioules-Bandol, Pierrefeu, participant également aux "Ateliers d'improvisation du Fort Napoléon" à La Seyne-sur-mer.

Pour Corinne, la musique se vit tambour battant et trompette au cœur.

   

Portrait de musicienne-Chantal

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

LE CHOIX DE CHANTAL

Les parents de Chantal voulaient absolument  qu’elle joue de l’accordéon. Papa, fan du piano-à-bretelles,

accompagne, sa fille, dans un magasin de musique, acquérir le précieux instrument.

La vendeuse fait de son mieux pour attirer l’attention de l’enfant en lui faisant essayer plusieurs accordéons.

En vain, Chantal à la tête ailleurs et fixe dans une vitrine un instrument  en bois, long et brillant.

Elle ne veut pas d’accordéon, elle veut « ça ». Chantal veut une Clarinette. Avec fierté, elle ressortira du magasin, la Clarinette à la main.

A elle le Conservatoire !

Nous sommes en 1970, Chantal a 6 ans et demi. Elle entre au Conservatoire de Sarreguemines, en Moselle.

Elle va suivre un cursus complet du cours probatoire jusqu’au prix, en passant par les cours débutants, élémentaires et supérieurs.

Elle joue dans la formation de Musique de Chambre de l’établissement.

A  l’âge de 8 ans, elle intègre l’Harmonie municipale de Sarreguemines.

A 13 ans, elle participe à une deuxième Harmonie, celle de Forbach.

Jusqu’en 1982, Chantal consacrera une grande partie de son temps à la pratique de la Clarinette.

Puis, avec l’entrée dans la vie active, son mariage et la naissance du premier enfant, Chantal pose sa Clarinette pour un temps.

Elle la reprendra en 2004, un peu poussée par son mari qui lui dit que l’Harmonie de La Londe-des-Maures (Var), cherche des musiciens.

Le plaisir de jouer de cet instrument reviendra très vite. Comme une gourmandise, une Harmonie ne pouvait suffire.

Chantal jouera et joue toujours dans le Toulon Concert Band (anciennement Harmonie Hector Berlioz)

et également, pendant un temps dans l’Orchestre de Clarinettes du Var (formation disparue aujourd’hui)

Enfin, Chantal Rodriguez est la Présidente de La Saint-Nazairienne, Harmonie de Sanary-sur-mer (Var), depuis 2010.

Elle joue  au pupitre des 1ères Clarinettes

   

Portrait de musicien: Claude

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

CLAUDE: Trompette (Variétés, Jazz, Classique)

C'est à l'âge de 9 ans, en 1953, que Claude intègre l'Harmonie "La Saint-Nazairienne". Il jouera d'abord du Cornet à piston, et puis très vite de la trompette.

A 14 ans, il commence à jouer dans les orchestres qui font danser les jours de fête, pour n'en citer que quelques uns, il y en a 20 au total: "Jacques André", les "Slows", "André Auzias", "Albert Frank". Une vie de professionnel de la musique, avec ses soirées inoubliables et ses moments de solitude.

"Le petit brun aux yeux vifs", comme certains le décrivent, s'enflamme aussi pour le sport. Le Claude "minot" qui suivait son père au stade, est un mordu du ballon ovale. Pour ceux qui fréquentent les stades, il doit bien rester quelques souvenirs des envolées de la "trompette de Mayol", sur "Ender mundo", célèbre pasos dobles entendu depuis 1968 dans tous les stades de France.

Le rugby ou la trompette, c'est comme l'amour, il faut donner avant de prendre. Paroles de musicien. Ollé !

   

Portrait de musicien: Dominique

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimer

 

 

 

 

Dominique, "Timbré" de musique.

Dominique ROBERT, musicien et trésorier de La Saint-Nazairienne, cultive une autre passion, la philatélie. Cette passion du timbre poste, vous savez, la petite image pleine de dents que l'on colle sur les enveloppes, Dominique la fait rimer avec celle de la musique. Il a constitué une très belle collection de timbres, tous dédiés à la musique. Cette collection, dont la présentation très originale, lui a value la deuxième place régionale au 8ème Challenge Provençal de Philatélie à Valbonne en avril 2012.

Si vous avez des timbres à donner ou à échanger, vous pouvez lui adresser un message à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .